Oser briser tout ce qui emprisonne....

Oser briser tout ce qui emprisonne....

A votre avis, quelle est la distance exacte entre l'espoir fou d' un amour parfait et le désespoir de l'avoir perdu à jamais ?

Un souffle, un clignement de paupière, l'espace entre deux battements de cœur, le temps qu'il faut pour respirer à nouveau...

Pourtant, je pensais avoir fait "comme il faut" "comme ils disent" "comme c'est écrit dans le mode d'emploi"... relever la tête, à maintes reprises, s'assurer de voir l'horizon, à portée de mains, avoir le cœur aussi tendre que la peau d'un nouveau-né, et la certitude d'en être un, en ce moment de métamorphose...sortir du ventre des non dits, des croyances limitantes, du non amour de soi, sortir et re-vivre...

Mais je n'ai rien vu venir, le vide tout en subtilité de ta présence , le poids du silence qui s'abat sur mes épaules devenues fragiles, le rictus plaintif de tes lèvres qui remplace tes sourires amoureux je n'ai rien ressenti, ce cœur étouffé par une tempête de sable frais, les alertes de mon corps douloureux à force de se retenir, les crispations de ma bouche à force de retenir mes mots d'amour, mes nuits blanches à vouloir comprendre l'incompréhensible...

Tel l'aveugle les mains ligotées par un espoir insensé, j'ai suivi la seule route qui mène au purgatoire...

L'erreur n'est jamais que le début d'un ailleurs, d'un autrement, d'un autre chose, et pour aller où....se jeter dans quels bras...accoster sur quelles rives inconnues...admirer les traits de quel beau visage...se mettre à nue devant quels yeux timides...

Et si c'était moi, seulement moi, justement moi, enfin moi, celle après qui je cours depuis toutes ces années d'errance, d'allers retours, de virages dangereux, de détours assommants, de tunnels à péages....

Et si c'était moi, jusqu'à perpétuité.....le prix à payer pour être enfin libre...

Retour à l'accueil