je me suis assise et mise à rêver...

je me suis assise et mise à rêver...

Il n'y a pas d'urgence m'a t'on dit....A aimer, être aimée, à tourner les pages abimées, il y a juste urgence à "être", à me laisser porter par les évènements offerts..

Pas d'urgence...mille fois entendues, répétées, de peur de la confondre, de me laisser prendre au piège des premières lèvres tendues, prends donc ton temps ...me dicte ma petite voix, fais en bon usage, ne le sacrifie pas aux enchères bon marché, préserve le dans la paume de tes mains, de peur qu'il ne s'envole, attiré par d'autres mirages amoureux..

Oublie donc les comptes à rebours, les dates périmées, prends ta plus belle plume et grave d'un sillon indélébile la non urgence d'amour...au cas où...au cas où ne survienne, au détours d'une lettre, d'un regard, une ombre bienveillante, une silhouette inconnue et pourtant presque familière...

Pas d'urgence disais tu ? alors que puis je faire de mes mains tremblantes qui espèrent les siennes, que faire de cet espace entre nous que je voudrais si infime, que faire de mes bras qui manquent à sa taille, quoi penser de mon esprit qui divague, insolent, et s'en va s'échouer au bord de son intimité ?

Et m 'imaginer des minutes éternelles d'effleurement, si touchantes qu'elles en avaient le goût de la réalité, comme ses lèvres mille fois approchées à la saveur d'interdits...

Et bien moi je la veux cette urgence de Vie, je la veux vive et calme, amoureuse et grave, mélodieuse et intense, hésitante et battante, gracieuse et aventurière, sensible et puissante, tendre et tenace, douce, douce...

Je l'enveloppe de l'espoir infini de ce moment volé, lors d'un songe que j'ai osé faire...les yeux éveillés...dans l'urgence de vivre un amour inattendu...

Je soulève mes paupières, la réalité me rattrape, je voudrais encore dormir, pour la faire revenir, juste une seconde, un millième de seconde...

Et si je n'avais pas rêvé....

Retour à l'accueil