Toi, mon Enfant...

Le sable est chaud, me brûle les pieds, j'ai du mal à marcher sur cette plage, trouver ma place...

Je scrute, j'hésite, où vais je poser ma serviette...un creux, un espace de liberté, je me lance et je m'assois....

En observant la mer, ses belles vagues et son écume, l'envie me prend de sentir sur ma peau la douceur de l'eau, la fraicheur du vent, envie de me réconcilier avec cet élément rarement porté dans mon cœur....

Alors j'y vais, phase d'approche timide, un pied, deux pieds, une vague me soulève, j'en redemande, j'y retourne comme pour défier cette puissance incontrôlable, une deuxième déboule, plus haute, plus forte, violente, elle me heurte, je vole et me laisse emporter, mon corps flotte, lâche prise, je ris, je vis, je sens la joie envahir tous mes organes...

Ca y est, l'enfance est là, en moi, enfin dévoilée, dévastée de bonheur, vibrer d'insouciance, exultation, spontanéité de l'instant, les vagues s'enchainent, se jettent sur moi comme pour me réveiller d'un long sommeil, je les avale, les accepte, les invite...

Je sens sur mes lèvres le sel qui grave son empreinte, je reviens 40 ans en arrière, quand toi, Papa, et toi, Maman, de votre serviette de bain, vous me regardiez courir dans les rouleaux, les braver, couler à pic et remonter à la surface, quelle fierté dans mes yeux d' avoir ce courage, de vous le montrer, c'est surement ce que je devais me dire, dans ces moments là....Moments de grâce, moments de vie, moments ineffaçables, et pourtant que j'avais oubliés....

Et toi, mon enfant de l'oubli, je viens de te sortir de l'ombre, l'instant d'un défi, ta présence douce et espiègle me rassure, moi qui croyait t' avoir condamné à jamais au silence ...

A présent que tu es là, accepte ma main dans la tienne, laisse moi te guider et guide moi à ton tour, accepte moi comme Amie, Sœur, Mère, partenaire de jeux, guide, accepte mon Amour et j'accepte ta candeur, légèreté, confiance aveugle, fragilité, sensibilité, fidélité...

Et même si je ne me souviens plus grand chose de qui tu as été, je sais qu'à l'instant même, je t'ai choisi pour le reste de ma vie...

Je laisse les larmes s'écraser sur le sable, former un petit cercle, je te serre contre moi, je me reconnecte à Toi prés de cinquante ans plus tard....

L'attente fut longue, le chemin difficile, les virages dangereux, les pentes rudes, les descentes vertigineuses, les sommets pointus, mais c'est la seule route qui m'amène à Toi, la plus belle.....

Retour à l'accueil