Kaleidoscope

Pensées, silences, sourires, méditation, respiration, creux, sensations, vide, crampes, insomnies, chaleur, sueurs, attentes, paix, peurs, manque, exaltation, repos, crispation, agitations, coups de sang, saveurs, dégustation, projet, confiance, larmes, soupirs, résignation, fatigue, douleurs, battements, amour.

Voilà. Le compte est bon. la liste est faite. les mots sont posés. Capturés. Décortiqués. Assemblés.

Tout y est. Enfin je crois.

J'ai laissé mon stylo saisir chaque instant de ces dernières heures, les coucher sur du papier, puis mes doigts ont pris le relai, sur le clavier.

Témoins vibrants de ma réalité; petits bouts d'émotions, petits bouts de moi, mon kaléidoscope intime....Il s'est passé tout ça ? Dans l'ordre et le désordre. Classement; Déclassement. Symboles de la vie qui se vit....le jour où il n'y aura plus tout ça, où mon cœur aura t'il fui ? dans quelle résignation lugubre sera mon corps ? et quelle sauvage amnésie pour ma tête ?

Mon kaléidoscope émotionnel, ma ligne de vie, mon fond de cour, mon harnais, quand parfois je veux aller trop vite, trop haut ou trop fort...tu me tiens, me retiens, tel un ange, veilleur de mes nuits et de mes absences, quand il le faut, sonne la cloche du réveil...

Bouge toi, me dit il, bouge tes lèvres pour sourire, et tes mains pour saisir, et tes bras pour serrer, tes jambes pour rencontrer, tes yeux pour croiser, découvrir, t'émerveiller, bouge tes mots pour donner....

Mon kaléidoscope émotionnel, ma petite voie, tracée, ma lumière discrète, toujours en alerte, à la moindre bascule, le moindre vacillement...en intraveineuse dans chaque pli de mon être...

Je me sens peintre, sans pinceaux ni couleurs, peindre des mots, mon intériorité, saisie de l'instant, à la seconde prés, juste avant le "trop tard", peindre en mots le trop plein dans mon ventre, dans ma tête...

Mon kaléidoscope émotionnel, tu es l'impermanence, sans début ni fin, le fil tendu que mes pas effleurent, de plus en plus...qu'un mauvais jours de mai a transcendé, sous des griffes aiguisées, le passé comme un trait tiré...

J'aspire au présent et ses pointillés, sans brider l'espoir d'un avenir "à venir"....

Retour à l'accueil