la Houle et l' Ange

La bouteille jetée hier à la mer, avec rage et sans complexe, est revenue...

Habitée. D'un morceau de papier froissé, écorné, arraché délicatement d'un cahier d'écolier.

je le déplie. Et je le lis.

"Je t'aime, quoiqu'il advienne, quoiqu'il t'advienne, quelque soit tes drames, souffrances, deuils, naufrages, je t'aime pour qui tu es, qui tu as été, et qui tu voudras être"

Signé: un ange qui te veut du bien.

Les yeux humides, les jambes lourdes, je savoure ce moment d'amour irremplaçable.

Je marche pieds nus sur le sable, m'enivre de chaque sensation de ces grains à multi facettes, sous mes orteils, le long de ma voute plantaire, je creuse un sillon, j'observe mes empreintes,

Je me rapproche des vagues, l'eau vivifiante me fait lâcher un rictus de recul, puis j'apprivoise

cette température abrupte...

Je vois au loin Un marchand de Chichi sillonnant la plage, je cours vers lui, commande un café, et pendant qu'il coule, nous discutons Maroc, Paris, Sud de la France, je suis emplie de joie...

Sur le chemin qui me ramène à ma serviette, je déguste chaque gorgée, son arôme, sa chaleur, son goût sucré, tout a une âme, une présence....

J'ai retrouvé la vie perdue hier dans le dédale d'une mauvaise farce, j'ai retrouvé en moi l'amour de l'enfant, de l'adulte et de la femme...

Mais en fait, je n'avais rien perdu, juste égaré, étourdie et écorchée...

La houle m'a offert sur un plateau d'argent le discours d'un ange....

Retour à l'accueil