Entre brume et brouillard
Entre brume et brouillard

Qui je vois quand je me regarde ?

Quel coté de la pente est il préférable ? Ou vitale ....

La montée rude et les battements de mon ventre,

Les crampes à foisons, les gouttes de sueur,

Ou la descente infernale, cheveux au vent,

Bras ouverts et sensations légères ?

Laquelle suis je lorsque tout bascule,

Lorsque l' ombre piétine les rayons de soleil,

Rogne, rumine, ricane, se moque, s' impatiente,

Lorsque tout parait lourd, illusoire, désuet, inaccessible,

Lorsque mes doigts gelés par l inaction

Condamnent mes mains à l isolement, mon corps a l inexistence

Laquelle suis je lorsque je me jette en prison, pour perpétuité,

Et que je plante du plomb dans le bas de chaque jambe,

De quoi suis je le plus proche dans ce reflet bleu azur ?

La malignité d une souris qui se débat pour échapper a son prédateur ?

La cruauté d un chat qui va tuer pour le luxe du jeu ?

La fragilité touchante de l oiseau qui attend son heure ?

La douceur fidèle du cheval qui saura si besoin ruer pour sa liberté ?

La finesse de la biche qui par méprise se fera un jour croquer ?

Qui suis je lorsque je perds tous mes repères ?

L incarnation d un pire à l odeur encore pesante, poudre d escampette ?

Qui suis je lorsque coupée en deux, je piétine, et m enfonce et trésaille

Au moindre doute, nuages dans le ciel ou café sans sucre, amère et acide a la fois,

Je ne me reconnais pas, un voile devant les yeux et les machoires serrees,

Je marche a tatons sur un fil barbelé, entre peine, espoir et plaintes,

Je tente d entrevoir une lueur qui me porte et me guide.

2016 demarre sur la pointe de pieds endoloris par des chaussures trop courtes ....

Retour à l'accueil