le "je" le "tu" le "nous"

Mine de rien, quand on y regarde de plus prés, un vrai casse tête...

Un sac de nœud, une véritable "foire fouille", un labyrinthe, une énigme,

Un jeu de poker, une roulette russe, une véritable mine, ce "je" "tu" "nous"...

Ce ménage à trois, cette chaise bancale, la faire tenir en équilibre...

Dans le chaos du quotidien, le remue ménage et remue-méninges du "je" contre le "tu"

Le "nous" a t'il encore sa place...j'avais envie de le décortiquer ce trio de l'énigme...

Lorsque le "je" met son cœur à coté du "tu", après les promesses et les "bien sur"

Après les "toujours", après la fanfare, le doute qui s'installe...

Et les élans se font plus rares, et les distances se font plus longues,

Et les allers se font sans retours, les clins d'œil se font la malle,

Moins d'espace, de hauteur de vue, d'admiration, moins de "tu"...

Car le "tu" ne veut plus du "je", il suffoque, il transpire,

Il dit que le "je" lui grignote l' intérieur, lui prend de la place, toute la place

Il a peur du vide que cela fera lorsqu' il aura tout englouti, rogné les os...

Le "je" aurait bien voulu ne pas se repaître de ce met si dangereux,

Mais il est si fragile, si transparent que le monde voit l'intérieur de son âme

Translucide, aussi léger que le bébé qui vient de naitre, mortifère...

Et que reste t il du "nous" ? si fringuant, gaillard et jovial, attentionnée et si parfait...

Il s'effiloche, de lambeaux de mots en lambeaux de gestes, maladresses, silences,

Les peurs se taisent et les guerres se font, insidieuses, malicieuses,

L'amour du "nous" se meurt, à petites flammes, à petites doses,

C'est le "je" contre le "tu", à celui qui gagnera sa place ou perdra la face,

Et un jour, sans crier gare, le "tu" s'empare du "je" et tue le "nous"...

Combien de vies, de rencontres, de routes et d'impasses,

Avant de parvenir à ce "nous", parfum de liberté et d'amour absolu ?

Je garde mon "je" je te laisse ton "tu" et nous créons notre "nous"

Chemin parsemé de pétales de roses, de doigts cotonneux,

De mots délicats, de caresses données malgré le temps qui passe,

Chaque jour l'amour reste à faire, défaire, refaire, créer, recréer,

Chaque jour dans les yeux de l' Autre comme si c'était la première fois,

Le Nous nait d'une rencontre, le Nous nait de l' Amour,

Le Nous nait d'une volonté, d' une conscience, d'un désir et d'un espoir...

Alors je te dis Nous...l'éternité à portée de nos yeux....

Retour à l'accueil