reprendre de l'air...

Parce que j'avais besoin de sentir mes pieds sur le sol,

Parce que la tristesse tue et broie,

Parce que mon corps voulait souffrir un peu

Du soleil sur la peau, de la chaleur sur mon crâne,

Des muscles tendus et fatigués à monter et descendre,

Parce que c'est une journée de solitude qui peut tomber dans le néant

Si je n'y prend pas garde...

Parce que c'est le seul endroit qui puisse me redonner espoir,

Espoir en quoi allez vous me dire ? en la nature humaine ?

En l'amour universel ? en l'Amour tout court...

Partir marcher pour faire un pied de nez à la peur

Qui a élu domicile dans mon ventre lorsque j'ai appris hier soir

Qu'une personne très chère à mon cœur était peut être en danger à Istanbul...

Marcher pour revenir à l'essentiel, sans oublier, sans nier, mais relativiser...un peu...

J'ai marché, marché, observé, écouté, senti, pleuré,

Et devant mon ordinateur à saisir ce texte, je vais mieux...

Merci la mer, les arbres, les bateaux, le soleil, le vent

Vous êtes mes derniers remparts lorsque ça vacille un peu...

Retour à l'accueil