Le feu...

Des vagues en détresse, le feu s'est installé

Juste au dessus de ma tête, je n'ai rien vu venir...

Ses couleurs incandescentes clouent mes pupilles

Par tant de beauté, pourtant, tout est en feu...

Le ciel et les toits et la pièce et mon corps,

Tout est rouge, sang et ocre, tout est brulant, d'amour et d'espoir,

D'attentes et de larmes, tout se mélange, le cœur et ses flammes....

Je ne retiens rien, j'ouvre les vannes, la chaleur m'envahit,

Mais rien ne brûle, tout résiste, tout est là, juste là...

Mes larmes de passage, espoir de réconfort, n'éteindront rien,

II est des tristesses que nous devons traverser, vivre sans ivresse,

Qui font grandir et avancer même si le chemin est de cendres...

Des vagues de chaleur, au plus profond de mes yeux,

Je retiens leur puissance pour ne pas m'y bruler,

Juste une pause pour les laisser déferler,

Les voir se briser sur ce sol bientôt inhabité...

Je me mets en marche, un pas après l'autre,

Cloche pied, sur les pointes ou les talons, ne pas se bruler,

Sentir cette douce chaleur sans craindre le noir sur ma peau,

Le feu est en moi, celui qui éclaire et qui rend si vivant...

C'était le feu de ce jour à l'intérieur de mon corps

C'était la douceur de quelques larmes perdues,

C'était la chaleur de cette journée d'octobre,

C'était la couleur de l'amour qui transcende...

Retour à l'accueil